Décryptage du schéma actanciel : un outil pour comprendre les relations entre personnages

Décryptage du schéma actanciel : un outil pour comprendre les relations entre personnages
Table des matières
Note de cet article

Le schéma actanciel, développé par le théoricien algérien A.J. Greimas, est une approche conceptuelle qui permet de simplifier la compréhension des différents éléments constitutifs d’un récit, en particulier au niveau des relations entre les personnages. Il s’agit ainsi d’une matrice qui représente les rôles et interactions possibles entre toutes les sources de l’action. Dans cet article, nous allons décrire les fondements du schéma actanciel, ses différentes catégories et quelques exemples concrets d’utilisation.

Les bases du schéma actanciel et son application en littérature

Créé dans les années 1960 par Algerian A.J. Greimas, le schéma actanciel s’appuie sur la sémiotique, discipline qui étudie les signes, pour analyser les structures narratives. Le but de cette méthode consiste à cerner les principaux modes de relation entre les entités présentes dans le texte, sans tomber dans une analyse trop complexe et abstraite.

Ce formalisme vient s’opposer à la tradition aristotélicienne qui différencie trois niveaux d’analyse du récit : histoire, narration et représentation. Greimas propose une classification des personnages en fonction de leurs relations les uns avec les autres et élabore un modèle généralisable à toute œuvre narrative ou dramatique.

Structuration en axes et positions actancielles

Le schéma actanciel repose sur une structuration en axes et positions, construite autour de plusieurs catégories d’actants. Les actants sont les entités qui mettent en jeu des actions et des valeurs dans le récit. Ils peuvent être des personnages humains, mais aussi des objets, des lieux ou des événements.

  1. l’axe du désir : il oppose un sujet (celui qui désire) à un objet (ce qui est désiré), et met en lumière les motivations profondes des personnages;
  2. l’axe du pouvoir : il comprend un destinateur (celui qui envoie) et un destinataire (celui qui reçoit) ; cet axe décrit l’influence exercée par certains personnages sur d’autres;
  3. la relation entre aide et opposition : elle représente l’équilibre entre les forces positives (aidant le héros) et négatives (s’opposant au héros).

Catégories d’actants et exemples concrets d’utilisation

Les différents rôles et relations définis dans le schéma actanciel permettent de mieux appréhender la structure d’une œuvre narrative. Cela facilite également la compréhension des interactions entre les personnages et leur impact sur le déroulement de l’histoire. Voici quelques catégories d’actants que l’on peut distinguer :

  • Le sujet : il désire obtenir ou connaître un objet. Il peut être le protagoniste ou l’antagoniste de l’histoire;
  • L’objet : il représente le but du sujet, sa quête, ce qui déclenche et motive son action. L’objet peut être matériel (comme un trésor) ou immatériel (une idée, un sentiment);
  • Le destinateur : il s’agit de la source d’une mission ou d’un commandement auquel doit répondre le sujet pour obtenir l’objet. Le destinateur peut être un personnage supérieur, tel qu’un dieu, un roi ou une entité abstraite comme la loi;
  • Le destinataire : il reçoit les bénéfices des actions du sujet. On retrouve souvent dans cette catégorie les personnages secondaires, voire même le peuple ou la société;
  • L’aide : il apporte un soutien au sujet durant sa quête, en contribuant à la réalisation de son projet. Les aides sont généralement issus de l’entourage du héros et possèdent des compétences complémentaires;
  • L’opposant : il vient empêcher la réalisation du projet du sujet en se mettant en travers de sa route. Il peut s’agir d’un ennemi juré, d’une figure antagoniste ou simplement d’un obstacle naturel.

Prenons un exemple concret avec le célèbre conte « Le Petit Chaperon Rouge ». Dans cette histoire, le sujet est bien entendu le Petit Chaperon Rouge qui souhaite se rendre chez sa grand-mère (l’objet). Sa mère, en lui donnant l’instruction d’aller voir la vieille dame sans s’éloigner du chemin, joue le rôle de destinateur. Quant au destinataire, il peut être incarné par la grand-mère elle-même, bénéficiaire des actions menées par sa petite-fille.

Dans cette même histoire, on peut identifier un opposant : le loup, qui cherche à dévorer le Petit Chaperon Rouge et sa grand-mère. Enfin, le bûcheron qui intervient pour tuer le loup peut être considéré comme une aide, puisqu’il facilite l’accomplissement de la mission initiale (rendre visite à la grand-mère).

Utilité et limites du schéma actanciel dans l’analyse de la littérature

L’étude du schéma actanciel offre un éclairage intéressant sur les dynamiques internes d’un texte littéraire et permet de mieux saisir les enjeux narratifs propres à chaque œuvre. Toutefois, cette approche présente certaines limitations :

  • Une simplification excessive : le schéma actanciel vise à réduire la complexité d’une situation narrative, mais cette clarification peut parfois sembler manichéenne ou réductrice;
  • Un manque de souplesse : l’utilisation des catégories actantielles ne prend pas forcément en compte les spécificités contextuelles ou stylistiques d’une œuvre particulière. Certains personnages peuvent ainsi cumuler plusieurs rôles ou voir leurs relations évoluer au cours du récit;
  • Un risque d’uniformisation : l’application systématique et rigide du schéma actanciel peut conduire à une analyse appauvrie et dépersonnalisée, qui ne rend pas justice à la diversité des œuvres littéraires.

En somme, le schéma actanciel constitue un outil pertinent pour analyser la structure narrative d’une oeuvre et notamment les rapports entre les personnages. Bien qu’il présente certaines limites, il apporte un éclairage intéressant sur les enjeux de la narration et facilite la compréhension des dynamiques en jeu dans un texte littéraire.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp