des bricoleurs

Un compensateur de dilatation est un dispositif qu’on retrouve dans les tuyauteries, les navires, les ponts et autres constructions. Il permet de remédier au stress mécanique qui peut être la dilatation d’une pompe, les vibrations ou la contraction des éléments. Il existe 4 types de matériaux de compensateurs et le choix de l’un d’entre eux dépend de l’usage souhaité. Lisez ce qui suit pour en savoir plus.

Compensateur métallique

Il est important de choisir le bon matériau pour l’installation d’un compensateur de dilatation en toute sécurité. Les compensateurs métalliques sont fabriqués soit en inox, soit en alliage spécifique comme l’acier. Cette catégorie correspond à des constructions industrielles, où les températures et les pressions sont élevées.

Les compensateurs en inox résistent à des produits chimiques et sont spécialement utilisés dans la dilatation des tuyauteries. On les utilise aussi pour la vibration lorsqu’ils sont équipés de charnières ou de tirants limiteurs. Les compensateurs en acier quant à eux sont courants dans la construction de machine, l’approvisionnement en gaz et en eau, l’industrie chimique, etc. Ils atténuent les bruits, isolent les vibrations et participent à rendre les instruments durables.

Les avantages des compensateurs en acier sont entre autres :

  • La stabilisation de la température et de la pression ;
  • la compensation des déplacements ;
  • la flexibilité ;
  • les multiples types de raccordements détaillés ;
  • la réduction des contraintes.

Compensateur en caoutchouc

Les compensateurs de dilatation en caoutchouc sont utilisés pour pallier les problèmes de flexibilité en milieu industriel. Ils absorbent les vibrations et les dilatations dans les réseaux d’usine chimiques, les industries de désalinisation, les chaufferies ou encore les réseaux de climatisation.

Vous pouvez aussi découvrir :  Master en psychologie : remédier aux troubles psychologiques

Certains matériaux sont souvent ajoutés lors de leur fabrication pour renforcer leur résistance aux températures élevées et aux rayons ultraviolets. C’est l’exemple du nitrile, le butyle, le viton ou encore l’hypalon. Le compensateur de dilatation en caoutchouc a l’avantage d’être moins couteux par rapport aux autres compensateurs. Les joints qu’il constitue entre les éléments sont à la fois flexibles et étanches.

Compensateur PTFE

Dans les espaces étroits, les compensateurs PTFE (polytétrafluoroéthylène) sont recommandés pour baisser la tension causée par les dilatations mécaniques et thermiques de la tuyauterie. Lorsqu’ils sont équipés de brides non métalliques, ils résistent à l’acidité du milieu. C’est la solution idéale pour les environnements fluides et agressifs.

En dehors de quelques métaux alcalins et certains éléments contenant du fluor, le compensateur PTFE a une résistance chimique excellente et supporte les températures allant jusqu’à 260 °C. Il peut être muni d’un soufflet ou d’une tresse inox pour tenir malgré les vibrations extrêmes et la pression.

Compensateur en tissu

Cette catégorie de compensateur est très limitée dans la pression qu’elle peut supporter. C’est pourquoi on l’utilise dans les circuits de ventilation, les papeteries, les chaudières. Les compensateurs en tissu absorbent les vibrations dans les tuyauteries qui font circuler l’air, les vapeurs et les gaz à une température maximale de 1200 °C.

Ils sont disponibles en plusieurs modèles dont le compensateur en bande, en U ou adapté à des constructions spéciales. Pour les espaces restreints, le modèle en U est celui qui convient et son installation est simple. Le modèle adapté est intégré dans les structures aux mouvements thermiques importants.

Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Qui sommes-nous ?

    Nous sommes un groupe de passionnés en science. Nous fournissons des articles du vulgarisation et des avis sur des formations ainsi que des compte rendu métier.

    Suivez-nous au fil de nos articles pour en savoir plus.



    Copyright Vocasciences.fr | Métiers, Formations et blog science.

    Mentions légales